Logo - CHF Canada

Les gestionnaires et le personnel des coopératives travaillent d’arrache-pied et intelligemment durant la COVID-19

Publié le 30 avril, 2020

Travailler ensemble – c’est l’essence même du mouvement coopératif !

Alors que la crise de la COVID-19 met à l’épreuve la force de nos communautés, les personnes dévouées qui gèrent les coopératives d’habitation du Canada travaillent d’arrache-pied pour s’assurer que les membres des coopératives restent en sécurité.

Recours à la technologie

Un employé de COHO travaillant à domicile

« Les gestionnaires ne sont pas sur place », précise Kim Weiman, directrice générale de l’organisme The Network. « Ils travaillent à domicile, mais nous réussissons à transmettre l’information. »

Les coopératives organisent leurs réunions différemment, en ayant recours à des appels conférences et à des interfaces comme Zoom. Toutefois, ce n’est pas tout le monde qui a accès à Internet haute vitesse et certains membres plus âgés ne sont pas à l’aise avec les nouvelles technologies.

« Pour certains de nos membres, les réunions étaient leur façon de socialiser », précise Kim Weiman. « Maintenant, ils ont perdu cette occasion. » The Network s’efforce de veiller à ce que les membres vulnérables ne soient pas isolés durant la pandémie. « Certains employés ont commencé à faire des appels ou à envoyer des courriels hebdomadaires aux personnes dont nous savons qu’elles pourraient avoir besoin d’aide additionnelle », ajoute-t-elle.

Paul Hastie, directeur général de Homestarts, est satisfait de la réaction du personnel et de la façon dont les clients ont fait des efforts pour être reconnaissants durant cette période difficile.  « Notre personnel travaille aussi fort et de façon plus créative que jamais », précise-t-il, soulignant que les réunions virtuelles n’ont pas réduit l’efficacité ou la productivité. « Les gens se sentent positifs et productifs. »

Prendre des précautions additionnelles

Désinfection des garde-corps dans une coopérative

Les gestionnaires et le personnel prennent des précautions additionnelles. Le nettoyage et la désinfection des surfaces et des aires communes ont augmenté, et les bâtiments dotés d’ascenseurs limitent le nombre de personnes qui les utilisent en même temps. On a demandé aux membres des coopératives de limiter le nombre de visiteurs, y compris les membres de leur famille, et d’éviter d’approcher le personnel d’entretien pour essayer de réduire la propagation du virus.

La CoAction Staff Association en Ontario aide à partager entre collègues les outils et les nouveaux protocoles mis en place dans les coopératives d’habitation.

Aide pour les membres qui éprouvent des difficultés financières

A person with blond hair and a colourful red shirt smiles at their desk, with a beautiful view of trees out the window

En collaboration avec leur conseil d’administration, les gestionnaires et les employés des coopératives se sont intéressés aux personnes qui éprouvent des difficultés économiques. « Nous avons mené une campagne assez active pour communiquer avec les membres afin de savoir quelles ressources sont disponibles », a précisé Paul Hastie. « Nous adoptons une approche sensible et raisonnable pour les ménages, au cas par cas. »

« Lorsque la pandémie a frappé, nous étions dans une bonne position pour réagir de façon efficace, à la fois en tant qu’entreprise et en tant que communauté », explique Scott Stager Piatkowski, coordonnateur de la Bread and Roses Co-operative Homes à Kitchener et membre extraordinaire du Conseil d’administration de la FHCC. « Nous avons travaillé de façon proactive avec les membres confrontés à des difficultés financières, de manière à protéger la coopérative et à faire preuve de compassion là où c’était nécessaire. »

Combler les logements vacants

Une carte de remerciement de la Cawthra Mansions Co-op à Toronto au personnel de Homestarts

L’un des principaux obstacles a été de déterminer s’il fallait combler les logements vacants et faciliter les déménagements lorsque nécessaire. « Faire en sorte que les gens se déplacent en toute sécurité est un défi permanent », précise Kim Weizman. « Pour les petites coopératives en particulier, il est essentiel de remplir les logements vacants afin de maintenir cette source de revenus. Par ailleurs, certaines personnes doivent déménager. Leur déménagement a été planifié à l’avance et elles ont donné un préavis à leur ancienne résidence. Mais ce n’est pas facile de trouver des camions de déménagement en ce moment ou des personnes prêtes à aider au déménagement, lorsque les déménageurs doivent adapter leurs méthodes pour se protéger et protéger tout le monde dans le bâtiment.

Halina Kuras, directrice des finances et des opérations de la COHO Management Services Society, reconnaît que les déménagements ont été difficiles, mais elle affirme que les gens ont compris qu’il fallait prévoir 72 heures entre les déménagements pour bien nettoyer et protéger les employés d’entretien. La COHO a également du personnel qui travaille de la maison.

« Lorsque cette crise a commencé, nous avons acheté que des portables, des imprimantes, bref tout ce qui était nécessaire pour travailler à domicile », a-t-elle ajouté. « Nous pensions que ce serait un défi de mettre en place tout l’équipement aussi rapidement, mais cela s’est très bien passé. Nous utilisons Microsoft Teams pour les réunions du personnel et c’est très productif. »

La COHO a collaboré étroitement avec la CHF BC pour s’assurer que les membres savent comment accéder aux programmes d’aide financière provinciaux et fédéraux.

Communautés coopératives

Le garde-manger chez Bread and Roses

« Si tout le monde travaille ensemble », indique Kim Weiman, « nous réduisons le risque au minimum. Soyez prévenants. Soyez attentifs aux autres. Allez voir les gens pour vous assurer qu’ils vont bien. Si vous allez à l’épicerie, voyez si quelqu’un a besoin de quelque chose. Nous devrions pouvoir travailler ensemble pour garder nos communautés en sécurité. »

« Nous avons renforcé notre soutien à la communauté de diverses façons, par exemple en réapprovisionnant notre garde-manger avec des fonds de la coopérative et des dons », a indiqué Scott Stager Piatkowski. « Cela n’a pas été facile, mais je suis convaincu que la Bread and Roses émergera de cette crise plus forte qu’auparavant. »

Si vous avez des nouvelles ou des photos de ce que font le gestionnaire, les employés ou les bénévoles de votre coopérative pour faire face à l’urgence de la COVID-19, veuillez les envoyer par courriel à info@fhcc.coop.


Ne manquez pas les dernières nouvelles du mouvement coopératif, ainsi que des exemples de réussites et des ressources utiles pour votre coopérative.

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre Bulletin électronique toutes les deux semaines directement dans votre boîte aux lettres!