Logo - CHF Canada

Déclaration de Tina Stevens au sujet du territoire Tk’emlúps te Secwépemc

Publié le 03 juin, 2021

Tina Stevens

Cet article renferme des détails que certains lecteurs peuvent trouver pénibles. Une ligne d’écoute nationale sur les pensionnats indiens, accessible 24 heures sur 24, a été mise en place pour soutenir les anciens élèves et les personnes touchées. Le numéro est 1-866-925-4419.

Au cours des derniers jours, de nombreuses communautés autochtones ont pris le temps d’exprimer leurs condoléances en cette période dévastatrice pour la communauté des Premières Nations du territoire de Tk’emlúps te Secwépemc et partout au pays.

La publication récente des articles sur la découverte des restes de 215 enfants a suscité beaucoup de choc et de tristesse. Il s’agit d’enfants, dont certains n’avaient que trois ans, qui ont fréquenté le pensionnat indien de Kamloops en Colombie-Britannique. La diffusion de cette information nous rappelle une fois de plus l’héritage sombre et horrible des pensionnats indiens.

Plus de 130 pensionnats indiens ont été construits au Canada et exploités entre 1831 et 1996. Le pensionnat indien de Kamloops était l’un des plus grands pensionnats indiens et il a été actif de 1893 à 1978. Il a été ouvert et géré par l’Église catholique jusqu’à ce que le gouvernement fédéral le prenne en charge à la fin des années 1960.

Des blessures du passé, d’une horreur indescriptible et choquante, ont été rouvertes autour des actes qui ont eu lieu entre les murs et sur les terrains de ces institutions coloniales. C’était et c’est toujours un génocide. Nous ne pouvons pas l’appeler par un autre nom. Des enfants ont été arrachés de force des bras de leur famille et ont ensuite entamé le douloureux processus de suppression de leurs noms, de leur culture et de leur langue, et les conséquences de ces atrocités se poursuivent encore aujourd’hui. Chaque enfant a été arraché à jamais d’une famille et d’une communauté qui l’aimaient.

C’est une tragédie d’une proportion inimaginable. Leurs vies, leurs familles et leurs communautés ont été affectées depuis des temps immémoriaux en raison de la couleur de leur peau. Où est donc la justice ?

L’oppression historique transmise par les traumatismes intergénérationnels causés par les pensionnats indiens continue d’avoir des effets déchirants et dévastateurs sur les communautés des Premières Nations.

Nous devons agir maintenant et ne pas retarder davantage la justice pour ces 215 enfants, leurs proches, leurs communautés et tous les survivants des pensionnats.

C’est maintenant le temps de mettre en œuvre les recommandations de la Commission de vérité et de réconciliation.

Le moment est venu aussi de mettre en œuvre les recommandations de l’Enquête nationale sur les Autochtones, les femmes, les filles et les personnes bispirituelles disparues et assassinées.

Il est temps également que les gouvernements fassent du 30 septembre une journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Cette date est déjà largement reconnue comme la Journée du T-shirt orange parmi les communautés autochtones du Canada. La Journée du T-shirt orange est un témoignage et un hommage au parcours de guérison des survivants des pensionnats indiens et de leurs familles, tout en s’engageant dans le processus continu de réconciliation.

Nous sommes solidaires de nos frères, sœurs et frères et sœurs non binaires de Tk’emlúps te Secwépemc.

Nous pleurons également les enfants qui sont toujours portés disparus.

Nous invitons les membres des coopératives à attirer l’attention sur cet incident national en rendant hommage et en montrant votre chagrin, votre amour et votre reconnaissance pour tous les enfants perdus dans les pensionnats en plaçant des chaussures d’enfants sur le pas de votre porte ou en collant une affiche dessinée à la main dans votre fenêtre.

Tina Stevens est la présidente de la Fédération de l’habitation coopérative du Canada et elle est directrice des communautés autochtones au Conseil d’administration. Elle est membre de la London Inter-Tribal Housing Co-operative à London, en Ontario.

Ressources pour votre coopérative :


Ne manquez pas les dernières nouvelles du mouvement coopératif, ainsi que des exemples de réussites et des ressources utiles pour votre coopérative.

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre Bulletin électronique toutes les deux semaines directement dans votre boîte aux lettres!