Logo - CHF Canada

Viellir chez soi: Rester en contact avec la famille et la communauté

Publié le 09 octobre

Provie Dyck vit dans la HW Flesher Housing Co‑operative à Vancouver depuis 1991. Elle est devenue veuve peu de temps après avoir emménagé dans la coopérative et c’est là qu’elle a élevé sa plus jeune fille.

«Lorsque mon un époux est décédé, j’aurais pu déménager et acheter une maison sur le marché, mais j’aime vivre dans cette communauté. Sur les 100 logements de la coopérative, 99 personnes ont frappé à ma porte pour m’amener des repas après le décès de mon mari. Mes voisins ont également accompagné ma fille à l’école», a-t-elle ajouté.

Il y a trois ans, Provie a éprouvé de graves problèmes de santé. Les déplacements additionnels en automobile découlant des soins de santé accrus que nécessitait Provie, comme pour se rendre à ses rendez-vous un avec des médecins, ajoutaient un stress additionnel à sa famille. Pendant sa convalescence, un logement de trois chambres s’est libéré dans la coopérative, indique Provie.

«J’ai demandé au comité d’adhésion s’il me permettrait d’emménager dans un logement à trois chambres, et d’inviter ma fille et mon gendre à vivre avec moi. Le comité de l’adhésion a approuvé ce déménagement, et le conseil a approuvé la dérogation à la politique concernant le surpeuplement», afin de permettre à Provie d’emménager dans le logement avant sa fille et son gendre.

Le ménage met maintenant ses ressources en commun, et partage les dépenses et les tâches ménagères. «Ma fille fait l’épicerie et mon gendre, qui est cuisinier de repas-minute, fait la cuisine.»

Provie a fait installer des barres d’appui dans la salle de bains et elle à reçu l’approbation pour installer un fauteuil ascenseur. «La coopérative ne paiera pas pour le fauteuil ascenseur, mais il existe des subventions pour ce genre de choses, et un membre de la coopérative présentera une demande pour cette subvention.»

Les membres de la HW Flesher utilisent les médias sociaux comme outil de communication. «Si je veux que quelque chose se fasse», souligne Provie, «je peux l’afficher sur la page Facebook et quelqu’un passera me voir ou m’appellera dans moins d’une heure.» Les nouvelles technologies peuvent atténuer l’isolement social des membres, en particulier ceux qui ont des problèmes de mobilité ou de santé.

«La coopérative doit envisager les personnes âgées de façon différente», souligne Provie. «Écoutez-nous! Nous avons des années d’expérience. Je ne dis pas que les aînés ont raison, mais nous avons de l’expérience. Fiez-vous aux membres plus âgés; ils en savent plus que vous ne le pensez!»

Un conseil d’administration inventif et flexible, une communauté attentionnée, des améliorations physiques mineures et des outils de communication ont permis aux membres âgés de cette coopérative de rester engagés et de contribuer à leur communauté.

Cette histoire a d’abord été publiée dans le bulletin électronique de la FHCC en 2016.


Ne manquez pas les dernières nouvelles du mouvement coopératif, ainsi que des exemples de réussites et des ressources utiles pour votre coopérative.

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre Bulletin électronique toutes les deux semaines directement dans votre boîte aux lettres!