Logo - CHF Canada

Le Mois de l’histoire des Noirs est une inspiration durant toute l’année, affirment des dirigeants de coopératives

Publié le 23 février

Le mouvement de l’habitation coopérative bénéficie du leadership de nombreuses femmes noires capables et dévouées. Ayant surmonté des obstacles pour être considérées comme des leaders, ces femmes changent le visage de l’habitation coopérative et donnent l’exemple à une nouvelle génération de coopératrices. Le mois de février est le Mois de l’histoire des Noirs au Canada et le thème de cette année est «Femmes noires canadiennes : des histoires de force, de courage et de vision».

Le Mois de l’histoire des Noirs a été adopté au Canada en 1995 à la suite d’une motion de Jean Augustine, la première femme noire canadienne élue au parlement. Karyn Moore, présidente de la Co-operative Housing Federation of Toronto (CHFT) et Domanique Grant, une vice-présidente, considèrent qu’il s’agit d’un rappel important pour tous les Canadiens noirs, y compris les femmes noires, qui ont contribué de façon importante à notre société.

Le conseil de la CHFT est actuellement composé entièrement de femmes – plus de la moitié d’entre elles sont des femmes de couleur – et il comprend deux récipiendaires d’une Bourse de la diversité.

«Je vis mon histoire des Noirs tous les jours», précise Mme Moore (à droite, rangée arrière sur la photo). Elle est ravie que le gouvernement ait consacré un mois pour sensibiliser les Canadiens non-Noirs aux contributions des Noirs, mais elle ne pense pas que nous devrions le faire seulement durant un mois de l’année. «Lorsque j’entends parler des réalisations des femmes noires, j’ai l’impression que moi aussi je peux accomplir beaucoup de choses. Quand je suis debout avec les autres membres du conseil et que d’autres femmes noires nous voient debout ensemble, cela les encourage à envisager d’occuper des postes de direction. J’espère que cette tendance se poursuivra.»

Mme Grant (à droite, rangée avant sur la photo» est d’accord. «Le Mois de l’histoire des Noirs n’a pas été créé pour être le seul mois pendant lequel nous reconnaissons les Canadiens noirs, mais pour aborder des perspectives qui ont souvent été exclues», a-t-elle précisé. «Il y a eu un temps où les réalisations des femmes noires n’étaient pas reconnues. Nous devons utiliser le Mois de l’histoire des Noirs pour nous rappeler d’évaluer comment nous réussissons à sensibiliser et à faire participer divers groupes. Nous devons chercher des possibilités tout au long de l’année pour nous inspirer du Mois de l’histoire des Noirs.»     

Mme Grant croit que tous les organismes peuvent renforcer leur capacité d’atteindre leurs objectifs en puisant dans les perspectives et les connaissances de nombreuses personnes de cultures et de milieux différents. Mme Grant considère qu’un conseil composé de personnes diversifiées est un conseil plus fort.

«Nous devons continuer de faire place à la diversité», précise-t-elle. «Si vous pensez que la “diversité” consiste à avoir une personne de couleur dans votre groupe, ce n’est pas suffisant. Nous avons besoin d’un éventail de personnes qui font du travail significatif. Beaucoup de limites auxquels les organismes sont confrontés sont attribuables à une absence de diversité – différents groupes d’âges, domaines de connaissance, contextes culturels – de sorte que nous ne voyons qu’une partie de l’image et nous ne pouvons pas l’évaluer pleinement. Les gens de différents milieux apportent des solutions qui nous aident à régler des problèmes mondiaux et, à l’heure actuelle, un de ces problèmes est la pénurie de logements.»

«Mme Moore est fière de siéger à un conseil avec d’autres femmes et d’avoir autant d’autres femmes de couleur qui siègent avec elle.

«J’apprécie vraiment siéger à ce conseil», affirme-t-elle. «Parfois, lorsqu’on est dans un milieu non diversifié, on fait attention à ce qu’on dit. Les femmes de couleur ne sont pas toujours vues, leurs voix ne sont pas toujours entendues, et il y a un sentiment d’intimidation. Nous représentons des voix qui autrement ne seraient pas entendues et nous amenons nos propres expériences à la table. C’est une ambiance très respectueuse, même lorsque nous ne sommes pas d’accord.»

Mme Moore considère que l’atmosphère positive caractérisée par le respect et le compromis augmente l’efficacité du conseil de la CHFT et l’aide à comprendre plus rapidement les expériences d’un large éventail de membres de coopératives.

Pour Nicole Waldron, première femme de couleur élue présidente de la FHCC, le thème de cette année la touche de près. «Les coopératives d’habitation peuvent favoriser des communautés diversifiées et inclusives», précise Mme Waldron. «Mais cela n’est pas le résultat du hasard. Il faut un engagement continu et une action délibérée pour responsabiliser les autres. On trouve beaucoup de modèles dans notre secteur et j’espère que les femmes issues de communautés raciales sont inspirées à devenir des chefs de file dans leur coopérative et au sein de notre mouvement.»


Ne manquez pas les dernières nouvelles du mouvement coopératif, ainsi que des exemples de réussites et des ressources utiles pour votre coopérative.

Inscrivez-vous ici pour recevoir notre Bulletin électronique toutes les deux semaines directement dans votre boîte aux lettres!